Vins > France > Rhone

Rhone

Domaine de l’Amandine Côtes du Rhône

Depuis près d'un siècle, quatre générations de vignerons se succédent de père en fils, se transmettent un savoir faire et une maîtrise qui garantit au Domaine de l'Amandine situé à Séguret (Vaucluse) une qualité constante. Cela fait plus de quarante ans que la famille Verdeau exploite et gère le domaine. Rejoint en 1986 par le premier fils Eric puis, par Christian le cadet et Alex Sutter le gendre en 1994.

Depuis 1973, le Domaine de l'Amandine produit des vins d' Appellations d'Origines Contrôlées Côtes du Rhône, Côtes du Rhône Village Séguret ainsi que des Vins de Pays de la Principauté d'Orange.
La commercialisation en bouteille a débuté en 1986, avec succès, de nombreuses récompenses ayant été obtenues.
Aujourd'hui, présent dans une dizaine de pays à travers le monde, sa notoriété place le Domaine de l'Amandine au niveau des producteurs, authentique et remarquable, de vin des Côtes du Rhône méridionales.

Domaine de Fondreche Côtes de Ventoux

Ce domaine ambitieux des Côtes du Ventoux produit des vins riches, au fruit expressif, s'appuyant sur des élevages généreux en barriques ou en demi-muids. Les vins présentent un style moderne, la cuvée Persia apparaissant d'une grande densité, avec des tanins mûrs. Si l'élevage domine sur quelques cuvées, la production est dans l'ensemble de haute volée.
Les vins : 
En Blanc :
la cuvée  Persia se distingue par plus de profondeur et de complexité.  Le domaine semble mieux maîtriser ses élevages tout en préservant des matières denses mais équilibrées par un fruit juste.

En Rouge
Nature

Objectif : Que du Naturel et "SANS SOUFRE" à moins de 13° d'alcool.
Assemblage : 50 % Mourvèdre, 30 % Syrah et 20 % Grenache.
Terroir : Argilo-calcaire.
Vinification : passive...
Elevage : 6 mois en cuve sur lies totales.

Rouge Fayard
Objectif : Harmonie, séduction, plaisir...
Assemblage : 50 % Grenache, 30% Syrah, 10 % Carignan, 10% Mourvèdre.
Terroir : Argilo-calcaire.
Vinification : traditionnelle, cuvaison longue de trois à quatre semaines avec
seulement de petits pigeages afin de favoriser une extraction lente et progressive.
Elevage : En cuve sur lies pendant 9 mois.

Cuvée Persia
Objectif : tendance, nuance, arrogance…
Assemblage : 90 % Syrah, 10 % Mourvèdre.
Terroir : Le plus beau du domaine !
Vinification : traditionnelle, cuvaison longue de trois à quatre semaines avec seulement de petits pigeages afin de favoriser une extraction lente et progressive.
Elevage : En barriques et demi-muids 1 an sur lies totales.

Domaine clos de L'Oratoire Saint Martin Cairanne

  Commentaires de la presse :
Les meilleurs vins de France 2009, domaine classé * :
« Frédéric et François Alary ont fait de ce domaine, bien situé sur le magistral terroir de Cairanne, l’un des crus majeurs des côtes du rhône-villages grâce à un travail méticuleux et respectueux de la vigne (rendements très limités, culture raisonnée, récolte à maturité optimale). Ils produisent des vins d’une grande cohérence, élégants avec de la personnalité mais surtout une belle interprétation civilisée de ce terroir. Il y a des fois de l’amabilité, de la fougue et de l’énergie incroyable sur toute la gamme, pour un prix fort raisonnable. »

Bettane & Desseauve, Grand guide des vins de France 2009 :
« Frédéric et François Alary ont fait de leur propriété, depuis près de 20 ans, l’un des ambassadeurs les plus séduisants et réguliers des côtes du rhône. Toujours solidement charpentés mais sans aucune rudesse de tanin, exprimant avec précision un fruit mûr mais pas surmûri, harmonieux en alcool, moins immédiatement gourmands que ceux de Richaud mais impeccablement construits, leurs vins rouges ne sont jamais meilleurs qu’après un à trois ans de garde selon les cuvées et les millésimes. »

Domaine de la Mordorée Côtes du Rhône en Lirac

Idéalement situé au carrefour de la Provence et du Languedoc, le Domaine de la Mordorée produit depuis la fin des années 80 quelques-uns des plus grands crus de la Vallée du Rhône dans les appellations Châteauneuf-du-Pape, Lirac et Tavel notamment. Le vignoble compte 60 hectares menés avec passion par les frères Delorme avec une philosophie basée avant tout sur le respect : le respect des hommes, le respect de la nature, le respect des clients, le respect des cultures.

Le domaine de la Mordorée est conduit selon des méthodes culturales raisonnées, particulièrement rigoureuses, à l'écoute de la nature et dans le plus pur respect des terroirs : enherbage des rangs, ébourgeonnage, effeuillages, vendanges en vert sont quelques-unes des pratiques incontournables du domaine. Viennent ensuite des vendanges entièrement manuelles qui précèdent des vinifications et des élevages des vins à la fois traditionnels et d'une grande modernité. Porte-drapeaux de leurs appellations respectives, les vins du domaine sont salués depuis de nombreuses années par la presse spécialisés, et régulièrement récompensés pour leur qualité.

Château Mont-Redon Châteauneuf-du-Pape

Le Château Mont-Redon est l'un de nos classiques préférés.
Terroir splendide de gros galets, gamme homogène et sagesse des tarifs caractérisent ce domaine.
Tous les vins de Mont-Redon sont d'un très haut niveau.

Rouge :Mont Redon propose des Châteauneuf grandioses, marqués par leur beau terroir de gros galets roulés, et avec des prix restés sages. Ces vins sont fins et puissants, soyeux, très aromatiques et équilibrés.
Accompagnement : accord parfait avec un gigot d’agneau, un tajine d’agneau peu épicé, un gibier en sauce. Excellent avec un magret de canard grillé, ou avec de la cuisine de mouton.

Blanc  : Belle robe jaune paille. Au nez, le vin est très parfumé de fruits à chair blanche et d’agrumes. En bouche, le vin est gras et chaleureux, avec une belle minéralité et très longue persistance.
A consommer d'aujourd'hui à 2014, les arômes évolueront doucement du fruit vers des notes plus miellées
On attend les médailles pour ce millésime (plusieurs médailles à chaque millésime...)
Accompagnement : apéritif haut de gamme, poissons de méditerranée grillés (rougets, daurades), langoustines, filet mignon de veau aux champignons, fromage de chèvre.

Domaine de Montaillet : Condrieu-Saint Joseph- Côte Rotie

Historique domaine que celui de la famille Montez. Ses racines remontent au Moyen Âge et les ancêtres des Montez l'ont acquis à la Révolution. Régulièrement primé, Stéphane Montez est un vigneron habitué aux lauriers. Cette cuvée parcellaire au joli nom chantant, a fait l'objet d'une vinification impeccable et d'un élevage de plus de dix mois en demi-muid de chêne. Elle se présente sous une robe pure et dorée. Son expression olfactive précise, droite, signe avec noblesse ses origines (registre complet : minéral, floral et fruité). La bouche se distingue par son magnifique équilibre qui réunit sans les opposer le gras et la densité de la matière à une belle acidité tendue. L'ensemble laisse un souvenir durable particulièrement plaisant.

Revue du Vin de France (Juin 2010)

Le Condrieu Les Grandes Chaillées de Stéphane Montez classé parmis les réussites exceptionnelles.On perçoit ici la volonté de dépasser l'aspect extraverti du cépage. Le sucre du raisin a du goût, répond à un marqueur du terroir.
Le Côte-Rôtie de Stéphane Montez classé parmis les réussites exceptionnelles.
Une prise de risque dans une vendange tardive et sélective. Le bois enveloppe avec justesse cette maturité charnue et épicée.
Le St Joseph rouge Vieilles vignes de Stéphane Montez classé parmis les grandes réussites.
Maturité, allonge et douceur, avec une généreuse finale tout en saveur. Un authentique saint-jo, bravo !
Le St Joseph blanc Grand Duc de Stéphane Montez classé parmis les grandes réussites.
Au delà d'une prise de bois un peu brouillonne s'annonce un vin droit, digeste, élégant.

Domaine Yann Chave Crozes Hermitage

Il a repris le domaine paternel sans aucune pression. À 39 ans, Yann a pris la place de Bernard et remplacé les étiquettes en apposant son prénom. « Mon père avait créé le domaine, je l’ai repris en 1996 pour faire de la bouteille [ndlr : 100 000 bouteilles en moyenne chaque année, dont 70% vendues à l’export] et non plus du vrac. La passation s’est faite en douceur », raconte le viticulteur, en deux petites années. Yann Chave n’a pas pour habitude de se compliquer la vie, le sourire aux lèvres, il explique que le vin est une histoire de convivialité, qu’il n’a rien inventé, qu’il se « contente juste », de faire des vins « d’une bonne buvabilité ».
20 hectares dont 18,5 rien que pour Crozes-Hermitage
Installé à Mercurol, petit village de la vallée du Rhône septentrionale, tout près de Tain-l’Hermitage, le domaine Yann Chave compte 20 hectares, dont 18,5 hectares rien que pour la seule appellation Crozes-Hermitage, son best-seller. Le reste permet de produire un superbe Hermitage, sa cuvée haut de gamme. Le viticulteur est progressivement passé à la lutte en bio et privilégie le travail sur la vigne qui lui garantit des raisins sains. « En cuverie, j’ai également évolué, dit-il. J’essaie de ne pas trop intervenir sur les vins, selon la méthode bourguignonne, mais la syrah n’est pas aussi simple que le pinot noir. Ce cépage exige beaucoup plus de travail et une grande précision lors de l’élevage… sinon on peut vite tomber sur ce côté très animal ».

Yann Chave aime « la netteté » et « la franchise ». Très marqué par le côté très alcooleux du millésime 2003, année de la canicule, le viticulteur cherche aujourd’hui à faire des vins plus faciles, plus légers, plus gourmands. « J’aime, dit-il, les vins des Côtes du Rhône du nord pour leur puissance mais aussi pour leur acidité, des vins qui se terminent une fois que la bouteille est ouverte. Quand on boit du vin, il faut faire passer un message culturel. Le vin est un produit de gourmet, de gourmands, qui se déguste et qui permet de passer un moment de convivialité. Malheureusement, il a tendance à s’aristocratiser pour ces mêmes raisons », regrette le viticulteur qui s’inquiète d’en faire un produit trop élitiste à son goût. Lui ne se pose pas trop cette question, ses vins sont très largement appréciés, et pas simplement par les amateurs de syrah.
D’ailleurs, Yann Chave n’est pas du genre à « se prendre la tête ». Lorsqu’on lui deande comment il voit l’avenir, s’il a des projets, des envies… il répond tranquillement : « le problème, c’est que j’ai pas d’envies particulières. Je suis bie n dans mon domaine. J’ai la chance de faire des vins qui se vendent bien. Mon entreprise est à taille humaine, poursuit-il, elle me permet d’aller travailler dans mes vignes ». Ce qu’il ne pourrait plus faire s’il se diversifiait, par exemple dans une activité de négoce.